Islam = nazisme - les nouveaux collaborateurs


Islam = nazisme. Les nouveaux collaborateurs.

En 2010, ayant eu connaissance de deux actes de délation par voie de presse, exposant cyniquement leurs victimes aux représailles d’islamistes, j’ai écrit le texte qui suit définissant les « nouveaux collaborateurs ».
Le prétexte donné à cette délation était des plus ridicule : il fallait, selon les délateurs « situer politiquement » les auteurs de textes critiques de l’islam, écrivant sous pseudonyme : pour cela, les délateurs auraient très bien pu se contenter d’indiquer quel type d’opinion lesdits auteurs auraient défendu, selon eux, sous un autre nom, quelle  activité politique ils exerceraient sous cet autre nom … mais nul n’était besoin de donner précisément ce nom.

L’extradition des pires criminels vers des Etats pratiquant la peine de mort, est interdite en Europe. La délation de personnes protégées par un pseudonyme, n’est rien d’autre qu’un acte de mise en danger délibéré de la vie d’autrui, exposant leurs victimes aux tueurs islamistes. Lorsque cette délation est commise par de soit-disant  héros actuel de la lutte antifasciste-antiraciste etc, contre des gens dont le seul crime … est de n’être pas du même avis qu’eux : c’est presque drôle, non ? En tout cas cela montre la vacuité de leur prétendue pensée antifasciste.

Pour actualiser mon texte, il faut préciser qu’entre temps, les juges hollandais, ayant entendu deux experts en matière de textes islamiques, le Pr Hans Jansen et la psychiâtre syrienne Wafa Sultan, ont acquitté Geert Wilders de toute accusation de racisme pour avoir affirmé que le coran est comparable à Mein Kampf. Lorsque j’ai écrit ce texte, je craignais que les juges hollandais n’agissent comme les juges belges et finlandais, c'est-à-dire  en refusant d’écouter des spécialistes du droit islamique, sous prétexte que ce droit est lié à une religion, donc à un domaine irrationnel,  et qu’il n’y aurait donc aucun « savoir » digne d’expertise à avoir pour juger d’affaires liées à l’islam ( Sur ces affaires, voir mon texte «l’Europe meurt de la fin des Lumières » http://elisseievna.blogspot.fr/2009/12/leurope-meurt-de-la-fin-des-lumieres.htmlet « un philologue condamné pour « atteinte à la paix religieuse » « http://elisseievna.blogspot.fr/2009/12/finland-un-philologue-condamne-pour.html?zx=e4a5f1944219970b)

S’il fallait un élément supplémentaire pour expliquer la comparaison que je fais comme Wilders entre islam et nazisme, entre délation face aux nazis et délation face aux islamistes, par voie de presse, je pourrais citer le réquisitoire contre Robert Brasillach :
« « Fondamentalement, conclut le Procureur Reboul, Brasillach avait l'âme d'un dénonciateur. Il avait dénoncé la Sorbonne parce qu'elle abritait des enseignants engagés dans la Résistance, il avait dénoncé des étudiants du lycée Lakanal qui avaient arraché un portrait de Pétain du mur de leur classe, il avait dénoncé un jeune homme de l'Hérault qui avait ridiculisé Pétain dans un discours du 14 Juillet.:
« Sans doute, vous n'êtes pas le dénonciateur qui va, en rasant les murs, toucher à la Gestapo le prix du sang, mais on peut aujourd'hui légitimement vous considérer comme un dénonciateur plus large, plus schématique, un dénonciateur d'une autre sorte, un dénonciateur presque officiel, car il suffit aujourd'hui à votre crime de ne pas pouvoir nous dire avec certitude si la Gestapo, après la lecture de vos articles — et elle les lisait — a négligé d'aller faire un tour en Sorbonne ou dans ce village de l'Hérault ou au lycée Lakanal. »

Brasillach fut condamné à mort : en temps de paix revenue, je suis contre la peine de mort, comme je condamne toute forme de punition d’ailleurs (mais ceci est un autre chapitre), je ne mentionne donc pas ce journaliste pour vanter sa peine, mais pour rappeler la condamnation morale dont il a fait l’objet à travers ce jugement. Ses actes étaient ignobles. Ceux des délateurs actuels le sont pareillement.
Surtout … quand ils perpétuent leurs actes de délation, ne retirent pas leurs délations par voie de presse, et dans le même temps, osent utiliser la justice pour se plaindre … du fait qu’on leur reproche cette action, ce crime qu’ils sont train de continuer !  L’ignominie et le cynisme atteignent là un comble.

Je terminais mon texte de 2010 en citant un article précédant sur certains partisans du califat, j’ajoute ici les éléments que j’ai mentionnés dans un autre article sur la politique menée, publiquement, par la deuxième organisation étatique internationale, l’OCI, et visant à la promotion de l’islam et de sa loi de part le monde. http://ripostelaique.com/acquittement-bouteldja-reponse-aux-magistrats-de-toulouse.html

Les nouveaux collaborateurs

Si les juges en venaient à condamner Geert Wilders, comme ils ont condamné Fanny Truchelut, comme ils auraient pu tout aussi bien condamner tous les enseignants et chefs d’établissement qui ont interdit le voile dans leur établissement, alors que la Cour Européenne explique par contre elle clairement que la religion ne peut pas justifier n’importe quel comportement, et qu’elle peut être restreinte au nom de la défense de la démocratie, alors il faudra en conclure que les juges se font les auxillaires de la justice islamique, pour laquelle en aucun cas, l’islam ne doit être critiqué ni les normes islamiques enfreintes.
Les nouveaux collaborateurs sont aussi tous ceux qui incitent les juges à punir ceux qui s’opposent à l’avancée de l’emprise de la loi islamique dans notre pays, en Europe, et tous ceux qui facilitent le travail des exécuteurs musulmans d’opposants à l’islam.
Il y a des gens comme Daniel Pipes, Paul Landau (http://www.ripostelaique.com/Pourquoi-je-soutiens-Riposte.html ), Ivan Rioufol maintenant (http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/09/pourquoi-il-faut-differencier.html ), qui pensent qu’il y a une différence entre islam et islamisme, mais la différence entre eux et ceux que je qualifie de  « nouveaux collaborateurs », c’est que ces trois personnes, en aucun cas, ne montent des dossiers d’accusation de racisme contre ceux qui défendent l’idée opposée.
Au contraire, Daniel Pipes soutient Anne-Marie Delcambre, Ivan Rioufol défend Louis Chagnon, et Paul Landau défend Riposte laïque.
Bien entendu sur le plan théorique, tout peut etre discuté, la question de l’éventuelle réforme de l’islam, de sa compatibilité avec la démocratie, de son éventuelle division entre un islam et un islamisme … mais en dressant dossiers et articles contre ceux qui parlent de l’islam (avec de réelles qualifications dans ce domaine, ce qui n’est pas leur cas !) les « nouveaux collaborateurs » ne sont pas dans le débat d’idée, mais ils jouent le rôle de procureur de la justice islamique, c’est-à-dire de complices directs des « islamistes », autrement dit, dans la collaboration active.
A force d’employer les méthodes des néo-fascistes antisémites on finit par devenir comme eux.
Je m’aperçois que certains deviennent bien devenue comme eux, comme l’antisémite et collabo notoire Henri Coston plus précisément : certains jugent bon de révéler que tel ou telle écrivant sous tel nom serait une autre personne, juive : autrement dit, ils passent de la collaboration « intellectuelle » à la dénonciation active pure et simple ! Ils dénoncent quelqu’un qui donc serait juif et anti-islamisme : que cela soit vrai ou pas, cela fait d’eux des collaborateurs et  des dénonciateurs de juif et de résistant à la mode du régime de Vichy, des pétainistes dans les actes.
Et que l’on ne vienne pas me parler de travail de journaliste ou de besoin de « situer » les gens, comme si pour « situer » des gens qui écrivent, il était besoin de se référer à autre chose que leurs écrits : en d’autres temps et circonstances peut etre, mais quand on sait très bien que les opposants à l’islam sont menacaés de mort, la dénonciation devient complicité de crime et rien d’autre – et aveu d’incapacité à répondre sur le fond aux arguments de ses contradicteurs.
Selon certains, on ne pourrait pas à proprement parler collaborer avec autre chose qu’un Etat : cela est faux, la collaboration consiste à faire le jeu d’une puissance ennemie, que cette puissance soit un Etat ou un ensemble de militants et d’occupants visant à imposer sa loi oppressive dans un pays qu’il veut soumettre, jusqu’à y prendre une part importante du pouvoir ou tout le pouvoir en oppressant les habitants. Or c’est précisément ce qui se passe par phase en France, puisque la loi islamique s’impose peu à peu dans différents domaines, modifiant peu à peu le rapport de force entre les français d’origine et la démocratie d’une part, et les militants de l’islam et les normes islamiques d’autre part. Les français sont privés par la terreur de liberté d’expression, contraint d’entretenir une population nouvelle (immigration familiale ou irrégulière) qui peu à peu prend le pouvoir politique par des naturalisations non liées à une assimilation, contraint de payer pour la construction de batiments islamiques, soumis à des incendies, agressions, menaces d’agression s’ils ne se soumettent pas à l’ »ordre islamique » dont parle Izetbegovic …
Certains prétendent que ma critique de l’islam est une forme de complotisme : il est d’autant plus gonflé de me mêler à cela, que je n’arrete pas de dire qu’ il n’y a PAS de probleme de « double langage » à débusquer, ni de « complot », ni de quoi que ce soit de « caché » de la part des musulmans observants : tout est écrit et explicite … il suffit de lire leurs écrits. Si nous, nous sommes trop paresseux pour lire, ce qu’ils se tuent à expliquer, ou et trop lâches pour accepter de comprendre ce qu’ils écrivent quand nous le lisons : ce n’est là vraiment pas leur faute.
Si selon les « intellectuels officiels » d’Europe, la critique de l’islam relève du complotisme, là la boucle est vraiment bouclée, Boukovsky voit confirmer ses analyses : c’est bien que l’Europe se soviétise à fond, en employant contre les « dissidents » les mêmes accusations diffamatoires et les mêmes menaces !
Voici ce que j’ai écris moi sur la notion de complot, pour montrer la différence entre l’islam, dont les textes prônent explicitement et publiquement la conquête du monde selon les ordres de dieu, non pas par perversion, mais pour le soumettre à la loi d’ »allah », et le judaisme, à qui nul n’a pu attribuer de projet d’hégémonie qu’en inventant des faux grossiers, comme le plagiat d’un essai sur un dialogue entre Montesquieu et Machiavel :http://elisseievna.blogspot.com/2010/02/vers-le-retour-du-califat.html
Elisseievna

L'Europe meurt de la fin des Lumières

http://1.bp.blogspot.com/_9lUugIaaNO0/Szmhd8FWulI/AAAAAAAACcQ/S_sLqIr6K5Q/s400/kant.jpg

"Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières." Emmanuel Kant

Les Lumières consistaient à condamner le recours aux seules croyances et à la seule autorité morale d'un clergé, et à exiger de chacun qu'il apprenne et réfléchisse par lui même.

L'Europe meurt d'avoir perdu l'exigence des Lumières.
Les Européens refusent d'acquérir des connaissances sur l'islam.
Ils refusent de soumettre le préjugé selon lequel l'islam est une religion respectable et une croyance à respecter, à l'examen de la connaissance du contenu de ses textes.
Ils estiment que la "tolérance" n'a nul besoin de la "connaissance" et en particulier de la connaissance dans le domaine théologique, comme si les deux pouvaient être indépendant l'un de l'autre, comme si la tolérance avait besoin de ... l'ignorance.

Certains intellectuels en arrivent au point de se référer uniquement, pour parler de l'islam, à ce qu'en disent ... son clergé et ses partisans. Voir l'audition de Elisabeth Badinter, qui interrogée par un parlementaire sur ses affirmations selon lesquelles la burqa ne serait pas un précepte religieux, répond qu'elle n'a pas les connaissances requises dans ce domaine et qu'elle s'est basée uniquement sur les affirmations de la Mosquée de Paris :

http://militant.over-blog.net/article-extraordinaire-audition-d-elisabeth-badinter-contre-l-a-burqua-40666008.html
" Mme Élisabeth Badinter : N’étant pas une spécialiste de l’islam, je n’ai pas qualité pour traiter rigoureusement de ses rapports avec le salafisme. Ce que j’en ai dit correspond à ce que j’ai entendu en dire M. Boubakeur et d’autres hautes autorités religieuses musulmanes, à savoir que le port de la burqa n’est pas un commandement religieux mais une tradition et qu’un travail pédagogique s’impose pour le faire savoir. J’ai d’ailleurs fondé un grand espoir sur ces déclarations, considérant que si les autorités religieuses musulmanes les plus qualifiées prenaient les choses en mains, tout allait s’arranger. J’ignore où elles en sont exactement, mais j’ai le sentiment que les choses sont difficiles et que, dans le même temps, de nombreux blogs d’ici et d’ailleurs s’attachent à enraciner l’idée que l’on serait en train de stigmatiser la communauté musulmane."

Autrement dit, autant croire l'ambassade allemande d'Hitler, par crainte de passer pour un nationaliste antiboche.

(Notons de plus qu'il n'est pas difficile de savoir "où en sont les autorités religieuses musulmanes les plus qualifiées" et M. Boubakeur : http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-10-28/lutte-contre-le-voile-integral-boubakeur-c-est-trop-tard/920/0/389785
Pour lui, LUTTE CONTRE LE VOILE INTÉGRAL "C'est trop tard".)
Voir aussi le cas de telle intellectuelle (agrégée de philosophie s'il vous plait, défenseuse des droits des femmes et lesbiennes s'il vous plait, le summum de l'avancée idéologique sans doute ...), énonçant sans complexe, que bien qu'elle soit incompétente en matière de théologie, islamique ou autre, elle était capable d'affirmer qu'il ne fallait pas contester la compatibilité entre islam et démocratie :
Autrement dit : " je ne sais rien de l'islam, mais je peux dire ce qu'il ne faut pas en dire ". Je ne sais rien mais je dirais tout. Je ne sais rien du sujet mais je suis compétente pour le traiter et même pour dénoncer ceux qui oseraient en parler d'une façon critique, ceux là eûssent ils eux une parfaite connaissance dudit sujet ...
Voilà à quel point de régression de la méthode l'occident en arrive. Autant consulter les voyants vaudous et les astrologues pour déterminer l'attitude à avoir face aux revendications islamiques !

Pire, les juges en viennent à estimer qu'ils n'ont nul besoin de connaître les faits pour juger et appliquer leurs lois.

Ils en viennent à confondre connaissance de la loi civile et connaissance de la loi religieuse, et à refuser de connaitre la seconde sous prétexte de n'appliquer que la première, alors que pour appliquer la loi civile, il faudrait savoir quels sont les faits, et donc, lorsque ces faits incluent des éléments de la loi religieuse, connaitre celle ci en tant qu'élément des faits.

Le syllogisme juridique qui est que "telle catégorie de fait a telle conséquence juridique, les faits de la cause relèvent de cette catégorie, donc les faits de la cause autant telle conséquence juridique " nécessite en effet une prise de connaissance de tous les éléments des faits. Lorsque les faits sont des propos tenus au sujet d'une idéologie, il faut, pour les connaître, connaître également l'idéologie ou au moins les éléments de l'idéologie auxquels ces propos se réfèrent.

Or voilà ce que refusent les juges européens.

Ainsi les juges du procès du Père Samuel à Charleroi (Belgique), en 2008, ont ils refusé d'entendre les islamologues qui se proposaient de venir témoigner.
Ainsi les juges du procès du philologue Jussi Halla-aho en Finlande, en 2009, ont ils refusé d'entendre parler de l'islam prétendant que " la logique et la rationalité ne sont pas essentiels dans une discussion relative à la religion ".

Tout est dit : ainsi il suffit de nommer une idéologie religion, pour échapper à toute critique basée sur la logique et la rationalité.
Echapper à la logique et la rationalité au profit du religieux ou présumé tel sans plus d'examen : voilà bien la définition même de la sortie des Lumières et du retour à l'obscurantisme en Europe.

sur le cas de Jussi Halla-aho : voir article ci dessous.

FInland : Un philologue condamné pour "atteinte à la paix religieuse "

http://2.bp.blogspot.com/_9lUugIaaNO0/SzmRn4lno6I/AAAAAAAACcI/O8kvpVlYMqQ/s400/1.jpg

Voir l'interview de Jussi Halla-aho :
http://europenews.dk/en/node/26316

Voir la biographie de Jussi Halla-aho :
http://jussi.halla-aho.com/indeng.html


PhD - linguist, slavist

Il est à noter que, comme dans le cas du jugement du Père Samuel, les juges ont estimé qu'ils n'avaient nul besoin de connaitre la véracité des faits énoncés par les propos de Jussi Halla-aho sur l'islam, pour appliquer la loi finlandaise sur la paix religieuse : voir interview partie 1.

De même que les juges français n'ont tenu nullement compte du contenu de l'islam pour déterminer si la demande de Fanny Truchelut était discriminatoire ou pas.

Autrement dit, les juges européens, concernant l'islam, reculent devant la connaissance du contenu des textes de référence de cette idéologie, et agissent comme s'il fallait tenir pour axiome qu'il faudrait la respecter quel que soit son contenu. (La respecter à un point qu'ils n'exigent d'ailleurs pas pour le christianisme dont on admet plus aisément la satyre, aussi blessante qu'elle puisse être pour les chrétiens.)

Tout se passe comme si les juges européens, refusaient de sortir d'un préjugé, d'une croyance aveugle, qui voudrait que "l'islam en soi est bon, ne peut être que bon et respectable" : en effet les juges européens refusent absolument de prendre connaissance sérieusement de l'islam afin de voir quels sont les faits et si, oui ou non, le contenu des textes de l'islam en fait une idéologie respectable ou une idéologie barbare.

La décision finlandaise est d'autant plus surprenante que les juges font appel à la notion de violation de la paix religieuse, pour condamner la critique d'une religion ... qui interdit absolument toute paix religieuse et oblige à un combat religieux jusqu'au triomphe total de l'islam.

L'Europe meurt d'ignorance volontaire, et régresse au niveau de l'obscurantisme en refusant toute connaissance qui ferait apparaître des faits angoissant pour ses habitants autochtones.

Les mouvements pro-califat versus "Les protocoles des Sages de Sion"

http://3.bp.blogspot.com/_9lUugIaaNO0/S3FaX0BY_iI/AAAAAAAACxo/CxHvqcePR6Y/s400/41yeyg3HD5L__SL500_AA240_.jpg


Le Hizb ut-Tahrir (Parti de la Libération), l’un des mouvements islamistes créés au siècle passé, s’est donné pour objectif central affiché de restaurer le califat, soit l’autorité du successeur du prophète de l’Islam, chargé de faire régner la charia (la loi islamique) dans la oumma (la communauté musulmane).
Le mouvement des Frères musulmans est né à la chute du dernier califat, l'empire ottoman, créé en réaction par des musulmans qui ne voulaient pas renoncer au califat.
L'objectif d'instaurer sur la terre entière la loi islamique sous l'autorité d'un calife figure simplement dans le coran. Il est aussi public et déclaré que l'autorité du Pape et le souhait d'évangéliser. Pour faire croire à un objectif comparable dans le judaisme, un faux grossier "les protocoles des sages de sion" a été rédigé au XIXeme siècle ... il circule toujours.


Extraits de films du Hizb Ut Tahrir :

" C’est certainement la Oumma islamique, c’est elle qui a reçu la lieutenance sur la terre, c’est elle seule qui est capable de guider l’humanité. Elle va reprendre les rênes de la suprématie .. pour détruire les USA et pour détruire Israel. Il nous a annoncé la bonne nouvelle de l’imminence de Califat et la domination du monde par l’islam" .
" L’appel pour l’instauration du califat a commencé localement, aujourd’hui, il est mondial."

http://www.dailymotion.com/video/xbkpf4_le-khilafah-parti-1_news
"Les musulmans dans leur ensemble se re-familiarisent avec leur Religion,
et perçoivent de mieux en mieux l’importance et l’obligation de l’application des lois
de l’Islam au niveau étatique par le Khilafah de tous les musulmans. En marge de ce
mouvement de renouveau, il est triste d’entendre encore des voix dissonantes. Elles
se revendiquent de l’Islam et osent dénigrer le Khilafah, un commandement évident
d’ALLAH !
Ceux qui dévalorisent le Khilafah relèvent de deux catégories : soit ils le font par
ignorance ; soit ils savent la vérité mais mentent intentionnellement, pour espérer en
échange quelques vils avantages terrestres.
A ceux qui parlent de l’Islam sans science, nous les informons que ce qu’ils font
mérite le sévère châtiment d’ALLAH. "

http://www.dailymotion.com/video/x602od_califat-etat-islamique-jusqu-à-quan_webcam
"Chers frères et soeurs !
Nos savants contemporains ont intensivement étudié des sujets concernant la
prière, la zakat, le pèlerinage et d’autres encore touchant les actes cultuels…
Par contre, des études sur la structure de l’Etat en Islam, ses rapports intérieurs
avec la population et extérieurs avec le reste du monde, sont fortement négligées
par nombre de savants, et par voie de conséquence chez beaucoup de
musulmans. Parmi les sujets essentiels fortement négligés nous trouvons le
KHILAFAH.
Le Khilafah est un commandement général pour l’ensemble des musulmans dans
la vie terrestre, afin d’appliquer les lois islamiques et de porter le Message
islamique au monde. Le Khilafah est précisément l’Imamat, ces deux termes
ayant la même signification. Le Khalifah est le chef du Khilafah.
La mise en place d’un Khalifah est une obligation pour tous les musulmans du
monde entier. L’accomplissement de cette obligation, comme tous les autres
devoirs, est ferme, sans autre choix possible, ni concession. Et la négligence de
cette obligation est une désobéissance, un grand péché qui mérite les plus durs
châtiments d’Allah.
Allah (sobhanaho) a ordonné à son Prophète (SAAWS) ainsi qu’à tous les
musulmans après lui, de gouverner selon la révélation d’Allah.
http://albadil.edaama.org/
1ère partie:http://www.dailymotion.com/yasine8701/video/x601i6_califat-etat-islamique-jusqua-quand_webcam
2ème partie:http://www.dailymotion.com/yasine8701/video/x601x5_califat-etat-islamique-jusqua-quand_webcam
3ème partie:http://www.dailymotion.com/yasine8701/video/x6026d_califat-etat-islamique-jusqua-quand_webcam
4ème partie:http://www.dailymotion.com/yasine8701/video/x602hj_califat-etat-islamique-jusqua-quand_webcam
5ème partie:http://www.dailymotion.com/yasine8701/video/x602od_califat-tat-islamique-jusqua-quand_webcam "







Concernant les "Protocoles" :



http://www.phdn.org/antisem/protocoles/origines.html
L’origine des Protocoles des sages de Sion « Les secrets d’une manipulation antisémite »
Éric Conan L’Express du 16/11/1999

"Les Protocoles des Sages de Sion, parfois surtitrés Programme juif de conquête du monde, sont un texte connu sous deux versions proches, éditées en Russie, d’abord partiellement, en 1903, dans le journal Znamia, puis, dans une version complète, en 1905 et en 1906. Ils se présentent comme le compte rendu détaillé d’une vingtaine de réunions judéo-maçonniques secrètes au cours desquelles un « Sage de Sion » s’adresse aux chefs du peuple juif pour leur exposer un plan de domination de l’humanité. Leur objectif: devenir «maîtres du monde» après la destruction des monarchies et de la civilisation chrétienne. Ce plan machiavélique prévoit d’utiliser la violence, la ruse, les guerres, les révolutions, la modernisation industrielle et le capitalisme pour mettre à bas l’ordre existant, sur les ruines duquel s’installera le pouvoir juif. (...)
Les Protocoles sont en fait « lancés » dans le grand public par le Times de Londres du 8 mai 1920, dont un éditorial intitulé « Le Péril juif, un pamphlet dérangeant. Demande d’enquête» évoque ce « singulier petit livre », auquel il semble accorder du crédit. Le Times se rattrape un an plus tard, en août 1921, en titrant « La fin des Protocoles » et en publiant la preuve du faux. Le correspondant à Istanbul du quotidien britannique avait été contacté par un Russe blanc réfugié en Turquie qui, visiblement bien informé, lui avait révélé que le texte des Protocoles était le décalque d’un pamphlet français contre Napoléon III. Une vérification rapide avait prouvé la falsification: les Protocoles reprenaient effectivement le texte du Dialogue aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu, publié à Bruxelles en 1864 par Maurice Joly, un avocat antibonapartiste qui voulait montrer que l’empereur et ses proches complotaient pour s’emparer de tous les pouvoirs de la société française. Utilisant ce texte oublié qui avait valu deux ans de prison à Maurice Joly, le faussaire des Protocoles avait remplacé « la France » par « le monde » et « Napoléon III » par « les juifs ». La supercherie, grossière, éclatait par simple comparaison ligne à ligne des deux textes. (...)
C’est dans les archives du Français Henri Bint, agent des services russes à Paris pendant trente-sept ans, que Mikhail Lépekhine a vérifié que Mathieu Golovinski était le mystérieux auteur du faux. Recevant en 1917 à Paris Serge Svatikov, l’envoyé du nouveau gouvernement russe de Kerenski chargé de démanteler les services secrets tsaristes et de « débriefer » — et parfois retourner — ses agents, Henri Bint lui explique que Mathieu Golovinski était l’auteur des Protocoles et que lui-même a notamment été chargé de la rémunération du faussaire. Le dernier ambassadeur du tsar, Basile Maklakov, étant parti avec les archives de l’ambassade, qu’il donnera en 1925 à la fondation américaine Hoover, Serge Svatikov achète à Henri Bint ses archives personnelles. Rompant ensuite avec les nouveaux dirigeants bolcheviques, Svatikov dépose les archives Bint à Prague, dans le fonds privé des « Archives russes à l’étranger ». En 1946, les Soviétiques mettent la main sur ce fonds qui rejoint à Moscou les archives d’Etat de la Fédération de Russie. Le secret de Golovinski est donc préservé jusqu’à l’effondrement du communisme et l’ouverture générale des archives, en 1992. Le faussaire antisémite étant en effet devenu « compagnon de route » des bolcheviques dès 1917, les Soviétiques n’ont eu aucune envie de révéler cette petite ruse de l’Histoire, qui semble encore gênante aujourd’hui, puisque la découverte de Mikhail Lépekhine, révélée en août dernier par Victor Loupan dans Le Figaro Magazine, n’a suscité aucun intérêt dans la grande presse française. "


http://ripostelaique.com/acquittement-bouteldja-reponse-aux-magistrats-de-toulouse.html


(….) J’aimerais que le Tribunal de Toulouse, et tous ceux qui raisonnent aujourd’hui comme lui, en niant l’existence du peuple français, et assimilent toute critique de l’immigration à du racisme, prennent connaissance des écrits de la deuxième organisation internationale, l’OCI, le « club des Etats musulmans » sur les notions de communauté et d’identité, j’aimerais qu’ils prennent ainsi la mesure de l’acharnement de ces Etats à conserver le caractère « identifiable » des musulmans, de leur refus acharné de se laisser « métisser » et « coloniser » « démographiquement ».



Citons l’OCI : « Conférence de la Oumma islamique au 21ème siècle – Dakar 2008… La Conférence a réaffirmé sa décision de considérer toute proposition de réforme qui négligerait la représentation appropriée de la Oumma islamique dans n’importe quelle catégorie de membres au sein du Conseil de sécurité élargi, ne sera pas acceptable pour le monde musulman … La Conférence a renouvelé son soutien et son appui aux efforts, initiatives et bons offices du Secrétaire général, en vue de trouver un règlement juste aux problèmes des musulmans, des communautés et minorités musulmanes dans les Etats non membres aux plans politiques, culturels et économiques …La conférence a prié tous les Etats islamiques de saisir l’occasion de la célébration du 60eme anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme pour faire connaître et mettre en relief le concept des droits de l’homme selon la vision islamique…La Conférence a également exprimé sa vive préoccupation au sujet des tentatives répétées d’associer injustement l’Islam aux violations des droits de l’homme et à toute activité visant à en faire usage en vue de s’attaquer aux Etats membres de l’OCI pour des raisons politiques. Elle a mis l’accent sur le besoin de faire face aux tentatives de plus en plus nombreuses de créer une nouvelle forme d’idéologie de culture unique à travers laquelle les pays industrialisés cherchent à imposer leurs valeurs, opinion et modes de vie sur les pays en développement et ce, au détriment de leurs identités culturelles, voire moyennant la perte de celles-ci….La Conférence a fermement condamné …toutes les observations inappropriées sur l’Islam et le Prophète Mohammad (PSL) sous le prétexte de la liberté d’opinion et de la presse… La Conférence a rendu hommage au secrétaire général de l’OCI pour ses efforts d’interaction avec les médias visant à les sensibiliser aux préoccupations de l’OCI et de ses Etats membres au sujet des campagnes de presse hostiles à la religion islamique et aux musulmans … La Conférence a souligné le besoin pour tous les musulmans d’être suffisamment informés pour comprendre que toute dispute entre les adeptes des différentes écoles juridico théologiques de l’Islam, est de nature à nuire à l’ensemble de la Oummah et à mettre en danger son unité. Elle a affirmé..que le sang, la propriété, l’honneur et la réputation des musulmans sont sacro-saints. »


Citons encore l’OCI : « Conférence islamique. Doha, Etat du Qatar [ vous savez, ceux à qui certains veulent vendre Areva et Uramine, c'est-à-dire notre nucléaire et notre uranium … ] 2009. … Consciente de l’importance du rôle des communautés et des minorités musulmanes établies en Occident, et partout dans le monde, dans la réduction du fossé culturel qui sépare le monde islamique du monde non islamique, et en vue de les protéger contre la dilution culturelle et la perte de l’identité islamique, notamment les deuxième, troisième et quatrième générations, l’ISESCO [ organisation dépendante de l’OCI] a décidé de mettre en place un cadre référentiel de l’action culturelle à l’extérieur du monde islamique… L’ISESCO a toujours accordé une grande attention aux musulmans établis à l’extérieur du monde islamique, qu’ils soient issus de l’immigration ou de souche, en leur consacrant plusieurs programmes éducatifs, culturels, scientifiques et de communication… Partant de la parole d’Allah : « A chaque communauté parmi vous, Nous avons établi une Loi et une Voie », l’ISESCO, convaincue que les nations et les peuples ne sauraient prétendre au renouveau et au progrès que dans la mesure où ils se penchent sur la réalité de leur identité civilisationnelle et élaborent des plans de développement pour leur avenir… Le principe de la différence des civilisations appelle à prendre conscience des fondements de la paix civilisationnelle islamique, à la protection de l’identité de la civilisation du Musulman contre les méfaits des courants idéologiques, culturels et politiques qui sont incompatibles avec son identité civilisationnelle… Croyant fermement que les communautés musulmanes d’Europe forment un élément constitutif important de la Oumah islamique, l’ISESCO a tenu, depuis sa création en 1982, à protéger l’identité islamique des communautés islamiques vivant en Occident…. »


Citons encore l’OCI : « Question de la Palestine de la ville d’Al-Qods Al-Charif [ nom donné par l’OCI à Jérusalem ]. Session de la Oummah islamque au 21eme siècle. Sénégal 2008. La Conférence islamique ..se fondant sur les résolutions islamiques affirmant … qu’une paix juste et globale ne saurait être réalisée qu’avec le retour de la ville d’al-Qods al-Charif sous souveraineté palestinienne, en tant que capital de l’Etat de la Palestine … Condamnant vivement toutes les mesures et pratiques illégales … visant à judaïser la ville et à en oblitérer le caractère arabo-islamique… réaffirme qu’aucune paix juste et globale ne pourra s’instaurer au Moyen-Orient aussi longtemps qu’Israel ne se sera pas retiré .. d’Al-Qods al-Charif…Réaffirme que toutes les mesures, dispositions législatives, administratives relatives à la colonisation et visant à changer le statut juridique, démographique, urbanistique et culturel de la ville sainte sont nulles et non avenues … demande au Conseil de sécurité de ..empêcher la colonisation d’al-Qods …dénonce les plans israeliens permettant aux juifs extrémistes de profaner l’esplanade de la mosquée al-Aqsa, d’y faire leurs prières et d’occuper les bâtiments adjacents, considèrent ces mesures comme des actes de provocation délibérée visant à permettre aux organisations juives extrémistes de continuer à profaner la saint Mosquée al-Aqsa, à marquer  leur présence dans l’enceinte de la mosquée … Demande au Secrétariat général de l’OCI d’organiser des conférences sur la sauvegarde du cachet historique et culturel islamique de la ville d’al-Qods et sur les moyens de déjouer les tentatives incessantes de l’occupant israelien pour changer les caractéristiques historiques, démographiques, culturelles et religieuses de la ville sainte.. Invite le Vatican, les Eglises orientales et autres congrégations chrétiennes à participer à la lutte contre la judaïsation de la ville d’al-Qods afin de préserver la dimension spirituelle de la ville …Appelle à apporter de l’aide aux habitants de la ville d’al-Qods dans leur lutte contre les mesures visant à judaïser la ville sainte et à les en expulser… Appelle les Etats membres à fournir l’assistance requise ..pour permettre de mener à bien leur mission de sauvegarde du cachet culturel arabe et islamique de la sainte ville et d’appui à la résistance de ses habitants aux récurrentes mesures israeliennes de judaïsation.. Loue les efforts déployés par Sa Majesté Mohamed VI, président du comité Al-Qods, pour soutenir la ville sainte, préserver son identité arabe et islamique et appuyer la résistance de ses habitants aux tentatives de judaïsation dont ils sont l’objet.. »


A la lecture de ces textes récents de l’OCI, on voit l’abime de perspective entre la vision du Tribunal de Toulouse, qui est celle de tous ceux qui en France, rêvent d’un monde où règnerait la paix universelle et perpétuelle entre des êtres humains se reconnaissant tous d’abord et essentiellement comme membres d’une même humanité commune, « communiante » avec ou sans dieu, et la vision des Etats musulmans.  Pour l’OCI, les peuples et les nations existent, les différences de civilisations existent, les « de souche » (« L’ISESCO a toujours accordé une grande attention aux musulmans établis à l’extérieur du monde islamique, qu’ils soient issus de l’immigration ou de souche »),existent, et l’identité doit être préservée y compris chez les migrants, toujours rattachés à leur « communauté islamique ». Et puis, je ne sais pas à quoi auront pensé les lecteurs des écrits de l’OCI sur « al-Qods » mais … ces passages sur Jérusalem me font furieusement penser à la Basilique de Saint Denis, sépulcre de nos Rois de France.


On notera aussi que conformément à l’appel de l’OCI à développer la « science des objectifs » (un domaine du « fiqh », droit islamique), le Conseil européen de la Fatwa, (notre prochaine commission des lois), a, après le conseil de la fatwa du Koweit, permis l’usage des prêts bancaires afin de faciliter l’accès des immigrés musulmans en Europe à la propriété.

« Conseil européen de la Fatwa : Achat des maisons par l’intermédiaire d’un prêt bancaire avec intérêt pour les musulmans résidents en dehors de la terre d’islam « le Conseil, à la lumière des arguments, des règles et des considérations juridiques, ne voit aucun inconvénient à avoir recours à ce moyen, c’est-à-dire au prêt bancaire avec intérêt en vue de l’acquisition d’une maison dont le musulman et sa famille ont besoin comme résidence » … Raisons : « A côté de ce besoin individuel pour tout musulman, il y a un besoin collectif relatif à l’ensemble des musulmans qui vivent en minorité en dehors de la terre d’Islam, et qui consiste à améliorer leurs conditions de vie et à élever leur niveau. Ils présenteront alors une image rayonnante de l’islam. Cela consiste également à se libérer des contraintes financières qu’ils subissent pour s’acquitter de leur devoir de « da’wa » et contribuer à l’essor de la société dans son ensemble. Or, cela implique que le musulman ne doit pas consacrer tout son effort et toute son énergie à payer ses charges locatives et le coût de sa subsistance quotidienne, ne trouvant plus ainsi l’occasion de servir sa société ni sa religion. » « Si le musulman n’a pas recours à ces contrats juridiquement invalides (en terre d’Islam) – dont l’usure – sa conformité à l’islam sera la cause de son affaiblissement au niveau économique et la source de ses pertes financières. Or, en principe, l’islam est sensé le renforcer et non pas l’affaiblir, l’enrichir et non pas l’appauvrir, lui profiter et non pas lui nuire. D’ailleurs, certains savants parmi les pieux prédécesseurs ont permis au musulman d’hériter un parent non-musulman en se référant au hadith : « L’islam rajoute et ne diminue pas » , c’est-à-dire, il accroît les biens du musulman et ne les diminue pas, ainsi qu’au hadith : « L’islam élève et rien ne s’élève au-dessus de lui »

Cette mesure est indubitablement « de nature changer les caractéristiques historiques, démographiques, culturelles et religieuses » de la France.Ne faudrait il donc pas suivant la logique identitaire et communautariste de l’OCI, la considérer comme « nulle et non avenue », sans parler de la vente des biens eux-mêmes ?


Attention je ne suis pas en train de dire qu’il faudrait refuser d’appliquer nos propres lois démocratiques anti-discrimination, et bafouer ainsi notre propre démocratie, je suis légaliste et démocrate donc loin de moi cette idée, je mets en garde contre de tels actes « désespérés »,   je demande seulement : face à une telle volonté de faire en sorte que « l’islam rajoute mais ne diminue pas », que faut il donc faire : se laisser faire ou réfléchir sérieusement à se protéger,  et comment le faire sans y perdre notre « âme » ? Le retour à un principe d’égalité « toutes choses égales par ailleurs », le retour à la conception de la liberté limitée par le souci de ne pas laisser détruire les libertés par des abus de droit, devraient nous amener à repenser la notion de « discrimination », à nous autoriser à « distinguer » entre les « distinctions » et « différences » de traitement abusives ou pas.  Quand on sait par exemple que des pays tout à fait respectables interdisent la vente de biens immobiliers aux non nationaux, et quand on sait l’importance de la notion de « terre islamique », c’est-à-dire la gravité de l’accession à la propriété de terres par des musulmans selon l’islam, on peut estimer que la France devrait interdire la vente de biens immobiliers à toute personne dont les convictions la conduisent à penser, elle et son groupe, que du fait de cette vente, la terre vendue échappe à la souveraineté française et relève de la souveraineté d’un pays étrangers ou d’une communauté étrangère ou en partie étrangère.


Le temps de Zola et de De Gaulle est passé, ai-je encore envie de répondre aux Magistrats : l’islam est présent, présent parce que nous lui avons permis d’être là, il intervient dans les FAITS que les juges ont à juger de plus en plus et tous les jours,  il serait donc temps de se mettre à la lecture des orientalistes classiques européens, du temps où ils pouvaient écrire sans craindre, sans même imaginer qu’ils pourraient avoir à craindre pour leur vie en Europe, sans même imaginer que nul magistrat ne trouverait à redire à leurs écrits descriptifs, ainsi qu’à la lecture des érudits musulmans, des juristes musulmans, leurs collègues, qui se démènent pour expliquer dans toutes les langues, quels comportements doivent avoir les musulmans envers les non musulmans, envers les « de souche » qui refusent de se convertir. Comment peut on juger lorsque l’on ne connait pas LES FAITS, TOUS LES FAITS ?!

Enfin, je remercie Bat Yeor pour son travail d’analyse des textes de l’OCI ( cf son ouvrage « L’Europe et le spectre du califat », se référant à ces textes dont le sens est des plus clairs, et qui n’ont rien de « fantasmes »).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire