Mise au point sur le distingo faux entre islam et islamisme


Ma réponse toujours actuelle au billet d Ivan Rioufol (voir ci dessous)


elisseievna


Breve réponse.

1 - Le fait que des musulmans pratiquent moderement ou pacifiquement l'islam, ne signifie pas qu'ils le fassent conformement à une version modérée ou pacifique de la doctrine islamique.

La distinction islam-islamisme suppose deux corpus théoriques distincts, distinguables, et non deux ou x pratiques différentes

La pratique et la théorie sont deux choses distinctes.

2 - Le fait d'etre pacifique est d'ailleurs conforme à une doctrine conquérante de l'islam puisque ses partisans défendent l'idee que c'est par ce moyen que l'éthiopie serait devenue musulmane.
http://elisseievna.blogspot.com/2007/07/le-rle-des-minorits-musulmanes-en.html

Or le probleme est que des qu'un pays est devenu musulman les minorités y sont maltraitées, et aujourd'hui de plus en plus.

Voici mon compte rendu de lecture du livre de
TAha Jabir Al-Alwani
"Introduction au statut des minorités - vers un fiqh des minorités musulmanes en Occident"
édité par IIIT France, Paris 2007.

Ce livre est une illustration de la "taqqya" et il donne des raisons de croire qu'il faut "défendre le monde libre".

En lisant Taha Jabir Al-Alwany on a confirmation de ce qui transparait dans le discours de Tariq Ramadan aux jeunes :
toute l'explication tient dans les "Leçons à tirer de l'émigraton vers l'Abyssinie", chapitre de la fin de petit livret : "Nous avons prié Dieu d'aider le Négus à vaincre ses rivaux et à affermir sa loi sur le pays. La conséquence logique de cette relation fut qu'un jour le Négus embrassa la religion islamique".

Dans ce livre les musulmans sont incités à devenir des citoyens de pays musulmans, et à y respecter la loi du pays, et même à y prendre des responsabilités politiques, en vue d'appliquer les "buts finaux" de l'islam.

Où est la taqqya dans ses propos ? Les émigrés musulmans en Abyssinie n'ont ils pas réussi parce qu'ils ont effectivement et sincèrement aidé le Négus à "affermir sa loi sur son pays".
Oui, mais ce qui n'est pas dans le chapitre, c'est que la conversion entraine le changement de la loi d'Abyssinie, et son remplacement par la loi islamique.

C'est ce que l'on appellerait en droit français, un dol par rétention d'information. Ce qui signifie appliqué à la France par exemple : conduisez vous bien les enfants, respectez la loi Française, cela entrainera la conversion des Français, donc le remplacement de la loi française par la loi de Mayotte, c'est à dire la charia, sur tout le territoire et cette fois ... la loi de Mayotte non amputée par la loi de 2003 et la restriction des lois pénales ... la charia intégrale quoi.

Voilà ... nul besoin de "diaboliser" Al-Alwani pour expliquer son point du vue et le danger de sa vision du monde pour la France et "le monde libre" en général.

Alors : Taha Jabir Al-Alwani, doctorat obtenu à Al-Azhar, professeur d'Usul al-Fiqh à l'université de Ryad etc ... qui prône le RESPECT de la loi du pays d'émigration :
- est il un théoricien de l'islam ou de l'islamisme ?
- à partir de son texte, expliquez votre théorie de la distinction que vous supposez des deux ?

La conclusion en ce qui me concerne, c'est que l'islamisme n'est aucunement une dérive de l'islam, c'est juste l'islam, qui de tout temps a prôné la conversion, par différents moyens et pressions, pour établir sa loi, islamique, sur le monde.

Si l'on veut défendre le monde libre, voilà ce qu'il faut faire entre autres : que l'on prenne la peine de répondre aux arguments de Al Alwani.

3 - pour ce qui est du fait de ne pas "renvoyer les musulmans vers les islamistes", ou vers l'extrémisme :

je vous repondrais que si critiquer l'islam entraiait ce risque, le fait de ne pas le critiquer entraine un risque bien plus important à mon avis, qui est celui de laisser isolés les courageaux ex-musulmans qui critiquent eux aussi l'islam et qui essaient de faire progresser leurs sociétés de l'intérieur au péril de leur vie !

je vous répondrai encore, que tant que la racine intellectuelle du mal, la doctrine de Mahomet, chef guerrier et justificateur de guerre, n'est pas extirpée dans l'esprit de la plupart des gens,
tant que l'islam, qui n'est que la version arabe de l'impéralisme barbare, tout comme le fascisme et nazisme en furent la version européenne, n'est pas dénoncé comme tel et diaboliser comme le furent fascisme et nazisme, il continuera à engendrer des guerres, comme son prophete en fit, comme ses quatre "bien guidés" successeurs le firent au temps de ce qui est appelé "age d'or" de l'islam, et qui en fut l'age de conquetes ....

c'est bien l'islam, dont les théoriciens, du fond de nombreux pays sous loi musulmans, qui pousse à l'application intégrale de l'islam, c'est à dire à des violences et guerres.

4 - pour ce qui est de rejeter les musulmans en général, avec toutes les injustices que cela suppose par une généralisation .... :

je vous répondrais que ce qu'il faut considérer est la responsabilité de la situation de guerre civile ou autre,

car bien évidemment toute situation conflictuelle entraine des injustices, mais la source de ces injustices n'est pas le combat qui se déroule à la suite du déclenchement de la guerre, mais elle est dans la volonté de ceux qui la déclarent,

or je vous rappelle les propos de Wafa Sultan, qui décrit une réalité idéologique : " Mahomet a déclaré la guerre à l'humanité toute entière" .. jusqu'à sa soumission entiere à l'islam.

alors encore une fois, critiquer l'islam qui est fauteur de guerre, ne peut que servir à amener la paix, pour les musulmans tout comme pour nous memes,

Je vous rappelle aussi les propos de Jacques Ellul ou l'histoire de l'islam, qui montre que c'est par l'action de minorités actives musulmanes, appellant en renfort d'autres musulmans, sous le pretexte de leur "persécution", que des regions entieres ont été attaquées et vaincues ( voir le maghreb, voir l'Espagne)


Voilà pourquoi " j'aime les musulmans, je n'aime pas le coran ..." dit le Pere Samuel

https://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/09/pourquoi-il-faut-differencier.html

Pourquoi je différencie islam et islamisme

Par Ivan Rioufol le 9 septembre 2009 15h35 | 178 Commentaires

Différencier islam et islamisme? Ce choix me vaut un flot de critiques, auxquelles je me dois de répondre. Je connais la solidité des arguments de ceux qui constatent un continuum entre cette religion et son idéologie. Cependant j'observe que, dans la pratique, de nombreux musulmans français se tiennent à l'écart de l'islam politique, machiste, revendicatif. Fadela Amara, qui met en garde contre la montée de l'intégrisme, illustre bien ce fait. Quand je lis, comme ce matin en commentaire de mon précédent texte : "L'islam et les musulmans n'ont pas leur place en France", cette violence ravive les pires souvenirs. Si la critique d'une religion est salutaire, la mise en cause aveugle de ceux qui la pratiquent est injuste et dangereuse.

Une possible guerre civile est, à terme, une issue que je redoute si rien n'est fait pour freiner les communautarismes, porteurs de repliements identitaires,frustrations,revanches néo-colonialistes. J'assume le fait d'être politiquement incorrect en soutenant que la poursuite d'une immigration de peuplement est une folie, puisqu'elle accumule toujours plus de problèmes, dont aucun n'a été à ce jour résolu. Mais ce serait attiser la braise que de rejeter une population tenue a priori pour suspecte. L'intégrisme ne sera contenu qu'avec les musulmans ayant adopté la République et à sa laïcité. L'islam qu'ils pratiquent en privé n'est pas une menace. Pourquoi les pousser par amalgame dans les bras des islamistes ?

C'est, par exemple, Sihem Habchi, présidente de Ni putes ni soumises, qu'il faut épauler quand, ce mercredi, elle plaide devant une mission d'information parlementaire pour l'interdiction de la burqa, étendard des intégristes. Qui mieux qu'une française musulmane peut affirmer que le voile intégral est "un symbole violent de l'oppression des femmes"  et qu'il marque "un point de non retour sur la voie de l'émancipation"? De ce point de vue, Yazid Sabeg, commissaire à l'égalité et à la diversité des chances, a tort quand il estime, dans La Croix de mardi, que le port de la burqa relève de la liberté de chacun. Disant cela, il prête le flanc à ceux qui assurent que rien ne distinguent islam et islamisme.





Hillel Neuer : où sont vos juifs ?

Patricia Roux








Infrarouge, 21.11.2006, 22h25
Patricia Roux, Nouvelles Questions Féministes - Réaction de Pierre Ménard sur les pensions alimentaires



Patricia Roux

Patricia Roux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Activité

Autres informations
Domaine
Patricia Roux est une sociologue et féministe suisse.

Sommaire

·         1Biographie
·         2Publications
·         3Notes et références
·         4Liens externes

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle dirigeait le Centre en études genre de l'Université de Lausanne, et codirige (avec Christine Delphy) la rédaction de la revue Nouvelles Questions Féministes. Ex-Professeur à l'Université de Lausanne, Patricia Roux est spécialiste en études de genre. Ses publications portent sur les thématiques suivantes : femmes, féminisme, genre et politique. Elle a été contrainte à démissionner après des pratiques avérées (plusieurs cas) de mobbing auprès des collaboratrices.
Selon Willem Doise : « Patricia Roux (Roux, Perrin, Modak & Voutat 1999) fait actuellement évoluer la problématique des rapports de genre en proposant le concept ambiguïté normative pour rendre compte de la condition de beaucoup de femmes qui, dans notre société, sont censées à la fois se réclamer d'une norme d'égalité et de non-discrimination tout en assumant également la tâche quotidienne de protéger les bonnes relations dans le couple, relations souvent inégales et asymétriques surtout concernant le travail ménager1 ».

Publications[modifier | modifier le code]

·         Le sexe du militantisme, dir. Olivier Fillieule et Patricia Roux, Les Presses de Sciences Po, Coll. Sociétés en mouvement, 2009.
·         Qui a droit à quoi ? Représentations et légitimation de l'ordre social, avec Christian Staerklé, Christophe Delay et Lavinia Gianettoni, PUG, Coll. Vies sociales, 2007.
·         Militantisme et hiérarchies de genre, avec Olivier Fillieule et Lilian Mathieu, Armand Colin, 2007.
·         Couple et égalité. Un ménage impossible, Réalités sociales, Coll. Perspectives en politique sociale, 1999.
·         L'insolite au service des minorités : attentes normatives et dynamiques psychosociales de l'influence minoritaire, s.n., 1991, 406 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

1.     Voir Willem Doise, « Un projet Européen pour la psychologie sociale », in Penser la vie, le social, la nature. Mélanges en l'honneur de Serge Moscovici, dir. Fabrice Buschini, Nikos Kalampalikis, MSH, 2001, III, p.399.

Liens externes[modifier | modifier le code]

·         Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : 
o    WorldCat
·          Portail des femmes et du féminisme 
·          Portail de la sociologie 
·          Portail de la presse écrite

Affaire Ramadan : comment Caroline Fourest s'est acharnée contre une Islamologue réellement critique de la loi islamique et défendant les Juifs : Anne-Marie Delcambre



L'orientaliste Anne-Marie Delcambre, depuis longtemps critique de la loi islamique défendue entre autres par Tarik Ramadan, a été la victime d'attaques infectes de la part de celle qui est aujourd'hui présentée comme combattante contre lui, alors qu'elle n'a aucune des qualifications des vrais orientalistes/islamologues, et s'est permise des critiques odieuses contre l'une des plus courageuses d'entre eux ...

J’avais une « professeur » virtuelle d’islam, Anne-Marie Delcambre, qui est devenue ensuite une amie.
Anne-Marie Delcambre est née en 1943, docteur en études islamiques1, docteur d’Etat en droit, agrégée d’arabe classique,
Anne-Marie Delcambre a été professeur d'arabe au lycée Louis-le-Grand, auteure entre autres des ouvrages suivants :
Méthode d'arabe Linguaphone, Linguaphone Institute, 1979
Mahomet, la parole d'Allah, Gallimard, coll. « Découvertes », 1987
Mahomet, Desclée de Brouwer, 1999.
L'Islam, La Découverte, 200119.
Enquêtes sur l'islam : En hommage à Antoine Moussali, collectif, Desclée de Brouwer, 2004
La schizophrénie de l'islam, Desclée de Brouwer, 200620.
Soufi ou mufti? : Quel avenir pour l'islam?, Desclée de Brouwer, 2007. Préfacé par Daniel Pipes15.
L'Islam des interdits, Desclée de Brouwer, 200821.
A participé à la rédaction d'articles dans l’Encyclopædia of Islam3.

Elle est aussi co-auteure avec Pierre-André Taguieff d’un livre contre le racisme ( « Face au racisme , les moyens d’agir »  Editions la Découverte 1991 chapitre 12).


https://www.youtube.com/watch?v=RX6vOYTvIp0  (Emission « Apostrophes » 1991)

Voici quelques propos de Anne-Marie Delcambre en défense des juifs :

Sur le site Libertyvox :
Et l’amour des Juifs (?) transparaît clairement dans cette même sourate 5, verset 64/ou 69: «Et les Juifs disent: «La main d’Allah est fermée». Que leurs propres mains soient fermées et maudits soient-ils pour l’avoir dit. Au contraire, ses deux mains sont largement ouvertes. Il distribue ses dons comme il veut. Et certes, ce qui a été descendu vers toi de la part de ton Seigneur va faire beaucoup croître parmi eux la rébellion et la mécréance. NOUS AVONS JETE PARMI EUX L’INIMITIE ET LA HAINE JUSQU’AU JOUR DE LA RESURRECTION. TOUTES LES FOIS QU’ILS ALLUMENT UN FEU POUR LA GUERRE, ALLAH L’ETEINT. ET ILS S’EFFORCENT DE SEMER LE DESORDRE SUR LA TERRE ALORS QU’ALLAH N’AIME PAS LES SEMEURS DE DESORDRE». 
Loin d’être abrogé ce verset a été cité, mais habilement tronqué, pour appuyer une fatwa de l’UOIF, destinée aux musulmans, lors des émeutes des banlieues. D’ailleurs la sourate 5, la table servie, est la dernière révélée dans l’ordre de la révélation. Comme les versets de la sourate 9, ses versets ne sont pas abrogés. Or, c’est le contraire qu’on veut nous faire croire, dans le plus total mépris de toute la littérature traditionnelle musulmane (depuis le commentaire de Tabari au 9ème siècle jusqu’à celui de Sayyid Qutb, le maître à penser du mouvement des Frères musulmans, pendu sur l’ordre de Nasser, en 1966. Les commentaires sont extrêmement répétitifs et ne vont jamais dans le sens d’un adoucissement). "
Anne Marie Delcambre " L'Islam n'a pas deux visages " 25/6/2006

https://www.youtube.com/watch?v=B19bpNEhn5Y
  (Lors des assises de décembre 2010)
 :

" Il y a pour la communauté juive un danger immense contre lequel je me bats depuis 5 ans. Surtout çà cause du problème d’ Israel. Les gens qui combattent contre les israeliens ne sont pas des gens du XXième siècle : ce sont des gens qui se rappellent qu’il a été dit  « qu’au jour du jugement dernier les juifs se cacheront derrière une pierre, derrière un arbres, et que les pierres elles mêmes diront :  «  il y  a un juif derrière : tue le ! ». Alors comment laisser … il y a non assistance à un peuple en danger ! Alors je dirai : l’islam n’est pas ce que l’on vous dit, l’islam est dangereux parce que dans l’islam il n’y a pas d’égalité, pas de liberté, pas de fraternité, pas de possibilité de s’en sortir. »


Et je rappelle, à la mémoire d’Anne-Marie Delcambre, qu’elle m’a confié dans ses dernières années, refuser désormais d’ajouter des propos sur l’islam après tous ses livres, car ceux-ci avaient été repris de manière déformée, pour servir contre les musulmans, ce qu’elle ne voulait en aucun cas. Anne-Marie Delcambre s’est toujours battue, malgré les risques et les représailles physiques effectives qu’elle a subi et dont elle n’a pas pu parler, contre tous les racismes et toutes les haines envers des personnes.

En 2006, elle écrivait sur le site créé par un juif américain :
17/10/2006 : « Caroline Fourest.  Un fil mérite d’être ouvert pour mettre en garde contre les écrits d’une personne dont les connaissances en islam sont inexistantes. J’étais morte de honte, hier soir, que cette jeune femme puisse dire autant de bêtises en un minimum de temps. Je pensais au jugement des musulmans, concernant ses propos. C’est une honte que quelqu’un sans connaissance de la matière puisse se poser en spécialiste, alors qu’on ignore des gens comme les époux Urvoy qui sont des puits de science. …
[ citant un texte où Xavier Ternisien reprochait à Caroline Fourest des accusations fausses selon lui ] Franchement je ne croyais pas avant ce que disaient les « ennemis » de Caroline Fourest, mais ce que je puis dire, après l’avoir écoutée hier soir, c’est qu’elle dit n’importe quoi et que c’est extrêmement grave. …
Quand on attaque la réputation des gens, il faut avoir de solides connaissances. Caroline Fourest parle de ce qu’elle ne connait pas bien. Je le répète, hier soir son exposé sur l’islam n’était pas juste. Alors les féministes comme cela, moi je m’en passerais bien. Heureusement qu’il y a notre chère Elisseievna, féministologue distinguée, pour rattraper cela dans mon esprit. Mais je suis ultra choquée. »

Comme j’intervenais sur le forum pour défendre un peu Caroline, Anne Marie Delcambre répondait : « Ah moi elisseievna, je suis effondrée, car c’est impossible d’avoir étudié cinq ans les textes et de dire ce qu’elle a dit. Mais elle n’a jamais ouvert un coran ? Qu’a-t-elle lu ? Les livres de Malek Chebel ou quelqu’un de ce genre ! Ce n’est pas possible autrement. Et ce qui m’étonnera toujours c’est l’indulgence de ces journalistes … féministes pour l’islam ! Seulement on la croit !! »
«  elisseievna et les autres en savent un milliard de fois plus que .. Caroline Fourest .. Si EN CINQ ANS elle a retenu que l’islam n’était pas violent, elle aurait mieux fait de dormir ou de s’occuper de la migration des autruches. »



J’ai alors pris la défense de Caroline en disant notamment le 31/10/2006 : «  ... Il n’est pas question de ce livre là, mais d’un autre parmi les nombreux qu’elle et Fiammetta Venner a écrit, et de la thèse du distingo islam/islamisme, qu’elle défend depuis dans ses interventions.  .. Je trouve les critiques de Anne Marie Delcambre justifiées, mais cela n’empêche pas d’estimer la démarche de Caroline Fourest très courageuse. « Critiquer » ce n’est pas attaquer. Cette thèse de distinguer islam/islamisme n’est qu’un aspect du débat, sur le reste : la défense de la laïcité, des droits des femmes, de nos libertés … elle dit des choses très justes. »

Puis j’ai tenté de réconcilier Anne-Marie Delcambre et Caroline. J’ai appelé Anne-Marie Delcambre pour lui demander si elle acceptait d’aider Caroline à apprendre l’islam, je leur ai écrit à toutes deux en ce sens aussi. Anne-Marie Delcambre m’a dit : «  J’accepte bien sur, mais vous verrez que Caroline Fourest n’acceptera pas ». J’ai téléphoné à Caroline, qui m’a presque raccroché à la figure. 

Quelques mois après, elle publiait dans sa revue un article honteux contre Anne-Marie Delcambre.

Anne-Marie Delcambre avait répliqué sur Libertyvox, dans l’article « Salir une islamologue » le 12 /6/2007 en disant entre autres :  «  Il est pour moi hors de doute que Madame Brancher a voulu faire plaisir à tous ceux qui rêvaient de me voir discréditée… C’est d’autant plus drôle que Madame Caroline Brancher a rédigé un article pour défendre Redeker, intitulé «Salir un philosophe». Elle s’insurge contre une certaine gauche qui n’a pas hésité à traîner Redeker dans la boue.
Je me suis amusée à remplacer le nom de Redeker par le mien et j’ai imaginé que Madame Caroline Brancher écrivait un article pour me défendre, intitulé «Salir une islamologue». Seulement, pour les propos concernant Rachida Dati, Madame Caroline Brancher a confondu allègrement, ce que dénonce brillamment la féministe antitotalitaire, Elisseievna, à savoir islam et musulman... Mais, de toute façon, dans son esprit, j’étais condamnée d’avance. Pour ce genre de journalistes, n’être pas de gauche est un vice rédhibitoire 
».      http://www.libertyvox.com/article.php?id=255

En lisant cela, Caroline s’est étouffée. Zéro plus que pointé pour elle. Bon point répété pour moi.

Sa haine ressurgit périodiquement, dans des manifestations plus ou moins publiques. Le dernier épisode est cette plainte, que Riposte laique a rendue publique, ce que je ne souhaitais pas.
Voir suite ici : http://elisseievna.blogspot.fr/2017/03/la-haine-folle-de-caroline-fourest-2.html

Quand l'Etat ne défend pas ses lois et réprime ceux qui tentent pacifiquement de favoriser leur application ...

Communiqué du Général MARTINEZ

Communiqué
 » le procès intenté à Génération identitaire »
Le jugement du procès intenté à Génération identitaire qui avait été mis en délibéré en juillet dernier vient d’être rendu ce jeudi 29 août 2019. Le tribunal correctionnel de Gap a prononcé des peines de prison ferme de six mois pour trois de ses principaux membres, assorties d’amendes individuelles ainsi que la suppression de leurs droits civils et civiques pour une durée de cinq ans et une amende de 75000 € pour l’association.
Devant l’incapacité des pouvoirs publics à faire appliquer les lois de la République pour empêcher l’entrée illégale et continue sur notre territoire de clandestins, l’Etat n’assurant pas l’intégrité du territoire en contradiction totale avec l’article V de notre Constitution, les jeunes Identitaires avaient décidé de mener symboliquement et pacifiquement une opération médiatisée au col de l’Echelle en avril 2018. Ils démontraient ainsi qu’il était possible de protéger la frontière à condition de le vouloir. On peut penser que le pouvoir n’a absolument pas apprécié la leçon et que tout a été fait pour punir cette organisation de jeunes patriotes. D’ailleurs au cours des réflexions engagées et qui ont suivi cette opération, le procureur de Gap avait lui-même considéré qu’il n’y avait rien d’illégal dans cette action. La suite nous démontre que l’offense, le crime de lèse-majesté commis par ces jeunes patriotes semble avoir pesé plus lourd que le droit.
Face à cette condamnation hallucinante de sévérité, il faut bien que nos compatriotes comprennent le message clair adressé aux Français. Il s’agit de faire taire les patriotes qui veulent défendre leur civilisation. Il est donc interdit de s’opposer à l’invasion migratoire et à cette migration de remplacement prônée par les experts de l’ONU. On ne peut que songer aux conséquences graves d’une telle condamnation pour la suite et notamment la mise en application du pacte de Marrakech  prétendument non contraignant.et signé par la France le 7 décembre 2018 et que nous avions dénoncé. Les supplétifs de l’immigration clandestine pourront et peuvent déjà ainsi agir, eux, impunément.
Dans cette affaire n’est-ce pas l’Etat qui est hors-la-loi et coupable en ne défendant pas nos frontières et en laissant entrer illégalement des milliers de clandestins, face à des citoyens, lanceurs d’alerte, qui eux dénoncent pacifiquement et symboliquement la situation  qui met en danger l’avenir de la nation et de la France ?
Par la disproportion des condamnations de ces jeunes patriotes et les racailles qui agressent quotidiennement nos policiers et pompiers, les clandestins délinquants, les ONG complices des passeurs, c’est l’ensemble de la fonction régalienne de l’Etat qui est discréditée. Car aimer son pays et s’engager pour le défendre est dorénavant considéré comme un crime. Cela devient insupportable. Tout dans cette affaire laisse à penser que ceux qui dirigent le pays n’aiment pas leur peuple qui souffre de l’invasion et restent indifférents à son génocide programmé. Jusqu’à quand ce dernier restera-t-il silencieux ?
Alors, les Volontaires Pour la France saluent le courage de cette jeunesse engagée pour la défense de notre identité et l’assure de son entière solidarité et de son total soutien dans ce combat qui nous est commun et qui doit mobiliser tous les patriotes.
Général (2s) Antoine MARTINEZ
président des Volontaires Pour la France