Mise au point à propos d’un blog sur Caroline Fourest et Gazon Maudit

Mise au point à propos d’un blog sur Caroline Fourest et Gazon Maudit


SANS M’AVOIR CONTACTEE, SANS LA MOINDRE AUTORISATION DE MA PART, QUE JE N’AURAIS JAMAIS DONNEE, un blog s’intitulant « satirique » a consacré un article à illustrer un article où je critiquais une « théorie » de Caroline Fourest, par des photo-montages caricaturant Caroline en diablesse ou en voilée, déformant son nom pour en faire une insulte sexiste, et montrant l’affiche du film « Gazon Maudit ». Je n’ai jamais été contactée par l’auteur de ce blog avant cette publication, je ne l’aurais jamais autorisée avec ce genre d’illustration.  Tout le montage de cet article de ce blog n’est qu’insulte directement envers elle et par ricochet envers moi que l’on présente ainsi frauduleusement comme associée à telles illustrations « diabolisantes », insultantes, et lesbophobes. 

Alors puisqu’il est question d’homosexualité féminine je vais être claire : ce montage est lesbophobe, le titre du film utilisé est lui –même une récupération du thème de Sappho jouant pour des raisons publicitaires sur des ressorts lesbophobes, à savoir sur la vulgarité d’une allusion crue aux « brouteuses de gazon », et je réprouve ce titre et cette affiche.

Je demande de la décence et du silence autour de la façon que les gens ont de s’aimer : que ceux qui sont dégoutés par des gestes n’en dégoutent pas les autres. 
Je détourne certainement à ce propos une phrase chrétienne en disant «  Aime et fais ce que veux », et bien j’insiste : aime et fais lui plaisir comme elle veut … 
Ce qui me dégoute moi c’est la lesbophobie, qui traduit d’ailleurs le dégout du corps des femmes, « maladif » et dénoncé par les féministes, (c’est pourquoi, contre quoi, j’ai affiché les « droles de fleurs », toutes ces fleurs étonnantes en forme de vulve…voir article précédent sur ce blog)

Les écrits de Caroline, je l’ai montré dans mon article (en trois parties) dans Riposte laique, dégoutent moralement par leurs déformations mensongères et calomnieuses sur quantité de points et surtout sur les propos réels de personnes nommément désignées, ce qui rend ces écrits malfaisants et malveillants, sans le moindre intérêt, car sans la moindre fiabilité, mais il y a un point où elle a une attitude sincère et utile (- sous certaines réserves car cette attitude est toujours à double tranchant, et risque de faire oublier le droit à la vie privée, le droit de NE PAS faire état de sa "sexualité" ou affectivité-), c’est de parler publiquement de son couple.  Utiliser l’affiche de ce film, avec la déformation du nom de famille de Caroline dans un sens explicitement sexualisé, est répugnant.

Je réprouve ces montages, comme j’ai réprouvé totalement la caricature qui avait été faite contre Horia Demiati (voir article précédent sur ce blog), la diplomée du supérieur en Finances et militante pro-voile dans l’entreprise qui a attaqué en justice Fanny Truchelut , l’athée caractérisée, prolétaire travaillant depuis l’âge de 14 ans, féministe et pas lesbophobe, mère de quatre enfants qu’elle a refusé de baptiser, et opposée au voile.

Je rappelle que les divergences les plus graves entre laics de Riposte laique et Caroline ont commencé en 2007 lorsque Caroline, sans la moindre humanité envers Fanny, expliquait dans sa revue que Fanny tombait sous le coup de la loi sur les discriminations ( !), alors que Fanny, mère de quatre enfants dont deux de 11 ans à l’époque, a vu des menaces d’islamistes contre sa maison, a perdu le gite rural qu’elle avait ouvert quelques mois avant et qui était aussi sa maison et sa source de revenu, a vu sa maison "assiégée", ses enfants mis sous protection policière pendant des semaines, alors que Fanny Truchelut non seulement avait déjà accueilli des personnes musulmanes dans son gite, mais avait alors pris soin de faire pour eux, au lieu des recettes de plats traditionnels lorrains (au lard !) qu’elle faisait d’habitude pour acceuillir ses clients, des plats sans porc  etc etc. 
Malgré cela, non seulement Caroline fourbit des armes pour le procureur contre Fanny Truchelut, mais elle se réjouit dans sa revue Prochoix, à la radio ( Emission France culture 1/10/2008) et à la télévision ( Emission « Toutes les France » de 2007, France O, Emission "C dans l'Air" du 19 juin 2009) , que la France ait condamné Fanny …

On la voit sur la photo ci-dessous, en 2009 encore, expliquant avec tout le visage concentré dans une expression méchante, furieuse,  que la France a bien fait de condamner cette pauvre femme …



Alors qu’en réalité, alors que le cas de Fanny posait un problème de légalité manifeste, qu’il aurait du être 
soumis à la Cour de Cassation, Fanny, qui est une femme ouverte d’esprit et cultivée mais  « pauvre », qui voyait ses jeunes  enfants perturbés par cette affaire, a du renoncer à l’examen en droit de son affaire par la Cour de cassation, à la fois faute tout simplement de moyens financiers,  et à cause de son inquiétude pour ses enfants, qu’elle a voulu mettre à l’abri des représailles. 

Le cas de Fanny Truchelut posait un problème de légalité manifeste, car la Halde avait prononcé un avis particulier sur la situation où elle s’était trouvé, le problème juridique qu’elle avait eu à résoudre :  c’est-à-dire la tenue à autoriser ou pas dans un lieu convivial, celui d’une hôtellerie ou d’un gite rural. Si la Halde avait DU donner son avis, cela signifie que LA LOI PENALE N’ETAIT PAS CLAIRE ET PAR CONSEQUENT LA CONDAMNATION DE FANNY ETAIT PEUT ETRE CONFORME A UNE INTERPRETATION POSSIBLE DE LA LOI MAIS PAS AU PRINCIPE DE LEGALITE.

Ce probleme est si réel, que lors d'un procès pour "racisme" ( incitation à la haine ..), une avocate d'un groupe contre "l'islamophobie" a osé mentir à la Cour, en prétendant que Fanny Truchelut était allée jusqu'en Cassation et en disant que la cour de Cassation lui avait donné tort : ce qui est FAUX. Pourquoi cette avocate a t elle ainsi menti aux juges : parce que la question de droit soulevée par l'affaire de Fanny Truchelut était d'une réelle difficulté et d'une importance énorme concerant la notion de discrimination et de liberté religieuse, et qu'il était très déterminant dans ce procès que la cour soit ainsi TROMPEE sur la "jurisprudence Truchelut" ( je met ce terme entre guillemet car en droit français la jurisprudence n'a pas le même rôle que peuvent le penser les spectateurs de séries américaines). 

Evidemment, à ce genre de point de droit, Caroline ne fait aucune allusion, ce qui fait douter qu’elle en  ait la moindre notion, qu’elle sache seulement que ce genre de probleme existe, ce qui ne l’empêche de prendre un ton « autorisé » sur le plan du droit…, mais, cette ignorance épaisse, n’est pas aussi grave  que son manque d’humanité envers Fanny Truchelut, cette inhumanité qui a scandalisé tant de monde, et poussé des gens à écrire des articles critiquant Caroline, ce que pour ma part je trouvais bien absurde, car lui faisant une publicité bien inutile.

Je répète que c’est  uniquement depuis qu’elle a publié un écrit mettant en danger la vie d’une personne en 2010 et montrant l’exemple à son public d’une attitude mettant en danger la vie d’autrui,  que j’ai écrit quelques articles montrant la fausseté de ses arguments et raisonnements, l’immoralité gravissime d’un tel exemple, afin de dissuader  ses fans, la part « aveuglée » de son public de suivre cet exemple.

Mais on ne répond à des écrits écoeurants par d’autres du même acabit, - même s’ils sont moins dangereux. La satire est un genre punitif le plus souvent et dans cette mesure, je la réprouve, je viens de l’écrire à l’occasion des propos de François Hollande sur la « punition » de la Syrie, en rappelant que je suis contre les pamphlets et piloris médiatiques divers. Que Caroline et Fiammetta ait été journalistes à Charlie Hebdo qui ne se prive pas de dessins « bêtes et méchants » et dégueus n’est pas non plus une excuse. Je suis outrée que l’on se serve d’un de mes écrits, sans m’avoir même contactée, en l’illustrant de manière aussi odieuse, sexiste et lesbophobe.

Ce n’est pas la première fois que je proteste contre des attaques sexistes, des agressions sexuelles verbales contre Caroline, je l’ai déjà fait en 2007, ce qui m’a valu une exclusion du site Libertyvox, et des insultes pour « féminazisme » et des messages publics obscènes.

Ces messages obscènes  je les qualifie d’agression sexuelle verbale. Toute femme qui s’exprime publiquement, non seulement se voit fréquemment interrompue, je le rappelle, parce que dans l’esprit de nombre d’hommes encore, une femme n’a bien entendu rien de consistant à dire, et on a hâte de reprendre un débat sérieux. Toute femme qui s’exprime publiquement se voit agressée un jour ou l’autre par des propos obscènes, qui sont en eux-mêmes, parce qu’en matière de sexualité, les représentations que l’on force une femme (ou un homme) à connaitre sont un mode d’agression physique – c’est ainsi que le porno « marche » et c’est pourquoi l’exhibitionnisme est un délit pénal – il faut le répéter. 

Aussi, voir ce genre de défoulement contre n’importe quelle femme, dont Caroline me révulse et était une raison qui s’ajoutait au manque d’intérêt pour me détourner de répondre à certains de ses articles :  j’en étais définitivement détournée par la répulsion contre d’autres articles critiques contre elle, et quand je dis « répulsion », ce n’est pas d’une faible répulsion mais d’un énorme dégout.

Mais aujourd’hui, quand je lis Caroline prône et donner «l’exemple » de révélations mettant en danger la vie de personnes, je passe outre ce dégout et ce désintéret intellectuel pour expliquer à quel point les « théories » de Caroline, outre d’être accompagnées de déformations scandaleuses des propos d’autrui, sont basées sur l’ignorance, sont fausses et dangereuses et  contreproductives par rapport aux buts qu’elle affiche, afin de montrer que ce dont elle se vante, ce qu’elle clame faire, en expliquant bien pourquoi elle a eu bien raison de le faire, ce qu’elle montre en « exemple » n’en est absolument pas un, tout au contraire ! Ce sont des types d’actes que l’histoire a déjà « lourdement condamnés » dans des circonstances très largement où ils emportaient des risques d’assassinat par des « fanatiques » au service d’idéologies barbares et de puissances étrangères.


Les copains de Caroline osent insinuer, en me reprochant mon article de Riposte laique sur ses écrits, devant un public très important, que je ne parlerais pas des coups qu’a reçu caroline : calomnie là encore, calomnie impudente et éhontée, car précisément dans cet article là même, je condamne cette agression contre elle 

… Donc, j’espère qu’elle comprendra mes arguments et changera d’opinion et de propagande. Mais quoi qu’il en soit, rien n’autorise quiconque à se défouler contre elle de la sorte, par ces montages je le répète sexistes, insultes et lesbophobes, et qui plus est, en laissant croire que je n’y verrais pas mal : j’y vois tout le mal et la dégueulasserie possible. 

Je demande à toutes et tous de respecter les mêmes règles, les mêmes droits humains et les mêmes devoirs pour toutes et tous. Hugh.


Transcription :   de l'émission "C dans l'Air" du 19 juin 2009 :

Caroline Fourest : « Et moi je voudrais quand même rappeler que l’on est aussi un pays où récemment une femme qui dans son gite rural a demandé à deux femmes voilées de retirer leur voile dans les parties communes, a été lourdement condamnée au titre des lois antiracistes pour discrimination. On est ce pays là, on est ce pays où on peut condamner la discrimination envers une femme voilée, imposer que l’on n’ait pas de voile à l’école publique et se poser la question du vivre ensemble dans l’espace public comme la rue. »
Mohamed Doua : « 100% d’accord avec ce que dit Caroline Fourest »
CF : « que l’on cesse de dire soit c’est des bons musulmans soit c’est des mauvais musulmans, et qu’on se pose la question encore une fois de la citoyenneté, de l’égalité, de ce qui nous rend plus épanouis ensemble »
Doua : « je suis très content d’entendre ces propos, parce que c’est ça ce qui est le plus important, plus que la question du foulard, la question des principes d’égalité, la question de justice. »

video



et encore ... énonçant des absurdites juridiques sur un ton "docte ", sans le moindre affect pour les effets humains pour Fanny Truchelut de cette poursuite par Horia Demiati et ses alliés, et du verdict auxquels des juges ont été poussés entre autre par sa campagne contre Fanny.

video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire